Accueil / Actualités / CoCo architecture lauréat du Musée de la Narbonnaise, Maison du Parc Naturel Régional.

CoCo architecture lauréat du Musée de la Narbonnaise, Maison du Parc Naturel Régional.

L’agence a été lauréat de la rénovation Ecotouristique du Grand Castelou en musée de la Narbonnaise, Maison du parc Naturel régional de la Narbonnaise en méditerranée. Mandataire du groupement de maîtrise d’œuvre comprenant l’atelier Nao (architecte et ingénieur bois), Texus architecte (architecte du patrimoine), Base (paysagiste), La Fabrique Créative (Scénographe), OTCE (BET), US&CO (Economie), le projet vise à transformer cet ancien chai en site écotouristique.

Notre ambition est de constituer au Grand Castelou une mise en scène du thème du changement, que le site porte en lui :
– En premier lieu, la précarité des équilibres entre eau douce et eau salée, menacée par le changement climatique global et l’élévation du niveau des mers.
– En second lieu, les changements historiques, qui ont vu se succéder sur le site les premiers occupants, puis les romains, dont l’allège en reconstruction est une trace éloquente, les gallo-romains, puis nous français de 2018.
– Enfin les changements d’affectation : sel, vigne, charpente navale, tourisme… qui reflètent une évolution de nos rapports avec la nature.

Anticiper ces changements est le seul moyen de les vivre, et non de les subir.

Le projet invite, à travers le parcours du site naturel, puis des espaces scénographiques, et enfin du chantier naval où les charpentiers travaillent à travers la restauration de bateaux à leur propre changement de destin, à observer et comprendre l’impermanence caractérisant notre époque.

L’architecture du projet participe à révéler cette histoire passée, présente et future, notamment grâce à l’évolution des écritures architecturales du XIXème siècle à aujourd’hui. La mise en œuvre de matériaux considérés comme traditionnels, tels que le bois, le roseau ou la terre ne prétend pas au pastiche de l’ancien mais au contraire, propose une solution adaptée à nos problématiques contemporaines. Elle incite à questionner les ressources du lieu, ses cycles, la relation de l’homme à son environnement proche.

L’abandon des surfaces agricoles, le changement climatique et la montée des eaux reconfigure un paysage sculpté par l’homme.

Modifié, celui-ci s’efface petit à petit par une nature qui vient entourer le Grand Castelou, une île habitée dans ce territoire dominé par le rythme de l’eau, des saisons et des oiseaux.

Aussi, le parcours pédagogique, n’en n’est pas moins philosophique :

« Rien n’est permanent, sauf le changement » (Héraclite).

Le mardi 11 décembre 2018 à Narbonne.